Les 5 changements sur le marché immobilier depuis 2020

2020, une année charnière pour l’immobilier ? La réponse est oui, de nombreux changements ont marqué l’année, l’industrie de la pierre a connu un grand tournant et malgré la crise et la situation exceptionnelle, une multitude d’opportunités ont vu le jour au profit des futurs acquéreurs. Quant aux professionnels, c’était l’occasion de saisir de nouvelles orientations stratégiques. Marrakech Agence Immobilière vous a préparé un recueil des principales transformations !

  • L’élan du digital 

Selon McKinsey, les marques à travers le monde ont connu (en trois mois seulement en 2020) l’équivalent de dix années de croissance digitale.

Si l’année 2020 a apporté son lot d’incertitudes, elle a également accéléré la transformation digitale du secteur immobilier au Maroc. En effet, le comportement des demandeurs a changé grâce au confinement. On a assisté à une éducation numérique sans précédent : 97% des futurs acquéreurs commencent leur recherche sur le web.

Tout le monde a dû s’adapter et/ou accélérer son rapport au numérique, professionnels comme particuliers : visites virtuelles, dématérialisation des outils de vente, instauration de la confiance vis-à-vis du digital par la demande, suivi de l’avancement d’une transaction à distance.

Résultat ? Visibilité, satisfaction client, efficience, rentabilité, croissance, les bénéfices du digital au service de l’immobilier sont nombreux.

 

  • Baisse des prix  

Marrakech Agence Immobilière dresse une rétrospective du marché immobilier en 2020 à travers son Guide trimestriel de l’Immobilier. Le constat établi fait ressortir une tendance baissière des prix aussi bien pour les actifs anciens que neufs à fin 2020.

Pour l’ancien, le guide relève des baisses moyennes de 1% entre le 4ème et le 3ème trimestre et de 2% sur le glissement annuel. Cette baisse des prix de l’ancien est essentiellement tirée par la baisse de 7% que connaissent les prix des villas entre le 4ème et le 3ème trimestre 2020, et de 5% en année glissante, en comparaison avec la même période de l’année précédente donc une baisse qui se creuse de plus en plus.

En parallèle, le prix des appartements anciens a accusé une légère hausse estimée à 1%. Pour ce qui est du neuf, le prix des actifs à ce niveau a fléchi de 2% entre le 3ème et le 4ème trimestre. Malgré la baisse, nous sommes sur des niveaux de prix 4% plus élevés qu’à la même période de l’année précédente. Comme pour l’ancien, cette baisse est principalement drivée par les prix des villas, qui baissent de -2% en un trimestre, et de 63% en une année glissante.

En revanche, les prix des appartements neufs font un bond de 7% en glissement annuel alors qu’ils marquent une baisse de 5% d’un trimestre à l’autre.

 

  • Les nouveaux critères de la demande 

La pyramide des besoins s’est inversée. Un retour à l’essentiel s’est opéré, comme le besoin de se sentir bien chez soi.

La dernière étude sur le comportement des consommateurs démontre que seulement 37% des personnes interrogées ont vu leur projet reporté ou annulé depuis la fin du confinement. Quant aux 63% restants, 16% ont déjà acquis leur bien et 47% sont toujours à la recherche.

Cette tranche s’intéresse principalement (et par ordre de préférence) à des logements avec jardin et/ou terrasse (30%), à un logement plus grand, à un logement avec vue sur mer, à un bien immobilier pour investir et, finalement, à un logement, hors ville, en zone rurale.

À fin 2020, 58% des visiteurs recherchaient un appartement comportant un balcon ou une terrasse et 68% de ceux qui recherchaient une villa, la recherchent avec une piscine. Ils ont passé plusieurs mois confinés, ils se sont rendus compte qu’ils avaient besoin de plus de confort chez eux !

 

  • Une baisse de la pression fiscale

Pour les logements ou terrains destinés à un usage d’habitation d’une valeur qui ne dépasse pas 2,5 MDH, la loi de Finances rectificative de 2020 avait accordé aux acquéreurs une réduction de 50% sur les droits d’enregistrement. Cette réduction est non seulement maintenue jusqu’en juin 2021, mais a été élargie aux biens d’une valeur allant jusqu’à 4 MDH.

L’objectif étant d’encourager l’acte d’achat pour participer à la relance du secteur en baissant la pression fiscale sur les acheteurs. Et ce dans tous les segments. La dynamique engendrée par la mesure instaurée en août dernier ayant porté ses fruits, selon les statistiques du ministère de l’Habitat.

 

  • L’attractivité des prêts immobiliers 

Les taux d’intérêt sont restés bas depuis un an pour s’établir autour de 4,2 % en moyenne.

Depuis la baisse du taux directeur de Bank Al Maghrib, les taux HT pour les crédits immobiliers ont baissé pour la plupart de 0,1% HT à 0,3% HT pour afficher entre 4,0% HT et 4,2% HT. Selon Bachir Benslimane, PDG de MeilleurCredit.ma

Pour résumer : 2020 a révolutionné l’immobilier. Une chose est certaine : le client d’aujourd’hui est fidèle non pas aux marques, mais aux expériences. À l’heure où le monde est toujours marqué par la pandémie et où beaucoup de personnes comptent plus que jamais sur le digital pour satisfaire leurs besoins et leurs désirs, les professionnels doivent continuer à proposer des expériences en ligne transparentes et innovantes, promptes à attirer et à fidéliser le futur acquéreur.